LE CORONAVIRUS, UNE OPPORTUNITÉ ÉCOLOGIQUE ?

Au cœur d’une crise sanitaire sans précédente, il est bon de s’interroger sur les conséquences écologiques de celle-ci. Même si les premiers chiffres du confinement induisent un souffle temporaire pour la planète, tout le travail reste à faire.

Selon la Nasa, les émissions de dioxyde d’azote ont diminué de 10 à 30% dans la région de Wuhan, épicentre chinois du Coronavirus, entre le 1er janvier et le 25 février 2020 en comparaison à la même période un an plus tôt.

L’Italie, pays ayant connu l’une des plus grosses crise liée au COVID19, présente une spectaculaire chute de concentration en dioxyde d’azote, comme nous le montre cette vidéo de l’Agence Spatiale Européenne  

 

Avec la désertification des espaces (publics et sauvages), les animaux reprennent leurs droits, ce qui donne lieu à des situations inédites:

  • Les calanques de Marseille sont remplies d’oiseaux rares et d’animaux marins
  • Les daims sauvages du Japon accoure dans les villes à la recherche de nourriture
  • Les singe de Thaïlande, en manque d’affection, envahisse les foyers des locaux

Le point commun de ces deux derniers ? La dépendance alimentaire de ces animaux au tourisme, qui les poussent à s’aventurer de plus en plus en ville afin de trouver de nouvelles sources de nourriture…

Tout tend à dire que l’arrêt de l’activité humaine a des effets positifs sur l’ensemble de la biodiversité, et que celle-ci reprend rapidement ses droits. L’arrêt de l’activité humaine serait donc une aubaine pour la biodiversité sauvage ? Ce n’est pas une très grande surprise, mais la vitesse à laquelle les écosystèmes s’adaptent ne cessera de m’impressionner…

Malheureusement, ce changement n’est pas structurel, et les émissions de CO2 repartiront à la hausse dès la fin du confinement. Car toutes ces bonnes nouvelles sont seulement dû au freinage de notre consommation, et non à une prise de conscience collective. Les plans de relance des économies mondiaux pourraient même faire perdre tous ces bénéfices pour l'environnement, comme cela s'est produit dans le passé (crise de 2008).

Certains États, tel que la Pologne ou la République Tchèque, ont déjà annoncé leur souhait de quitter le Green New Deal, vaste plan d'investissement européen dans les énergies décarbonées (très bien expliqué dans cet article de France info).

Le plastique à usage unique revient en force avec les nouvelles normes sanitaires, et même si les océans profitent actuellement de ce confinement pour respirer, le scénario d’une nouvelle vague de surproduction se dessine.

C'est pourquoi, aujourd'hui plus que jamais, il est essentiel de mieux consommer. Faire attention aux matières, à la provenance des produits et aux conditions de fabrication de ceux-ci est désormais essentiel.

Chez Planea, proposer des produits bio fabriqués en France amenant à une autre consommation, c'est une évidence depuis le début. En achetant nos produits, non seulement vous faites un geste pour la planète et nos associations françaises, mais vous permettez également aux producteurs français de traverser cette crise avec plus de souplesse. Et ça, c'est une vraie fierté.

 

Chaque geste compte, faites le votre aujourd'hui !


#MyPlanea

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés